Le Big Data:

C’est LE « buzzword » de l’année, et cela n’a pas échappé aux programmateurs du WebSummit. Le sujet a donc occupé de nombreuses conférences.

Deux interventions ont particulièrement attiré mon attention :
(NB : chaque intervention ne durant que 10 minutes, ce sont des « tapas » en terme de contenu…)

La première est celle de Norm Johnston, Chief Digital Officier de Mindshare (une des principales agences média digital au monde)

Il a développé les trois grands enjeux des Big Data en terme de marketing :

#1 : L’hypersegmentation :

Il est désormais possible de définir le profil des utilisateur non seulement en fonction de ce que nous déclarons et assumons en ligne. Mais également en fonction de l’observation de notre comportement (non déclaratif) et surtout en fonction des « schémas » qui seront reconnus par les machines à partir des milliers de traces digitales que nous laissons derrière nous.

#2 : L’utilisation créative des données

C’est selon Norm Johnston l’enjeux principal : comment produire des campagnes de communication créatives et pertinentes à partir des données récoltés. Il donne un exemple tout simple et pourtant très malin : Cisco adapte le message de ses panneaux publicitaires. Le tout en fonction de la vitesse des automobilistes qui passent devant l’affichage.
On le voit : l’objectif ici est de créer une meilleure experience pour le consommateur à partir des données qu’il génère et que l’on observe (ici : sa vitesse)

Source et pour en savoir plus : http://adage.com/article/btob/cisco-launches-connected-billboard-san-francisco/293168/

#3 : La vie privée & la “permission » 

Norm Johnston prévoit que les consommateurs – conscients de l’usage fait par les annonceurs de leurs données – vont chercher à reprendre la main sur les droits relatifs à ces informations. Ainsi, des services tels que « MyPermission » vont émerger pour nous permettre de contrôler l’accès à nos données.
On rejoint ici le concept de « permission marketing » tel que le propose (mon gourou) Seth Godin . En effet, le consommateur a le droit de refuser le marketing.

La seconde intervention est celle de Todd Papaioannou de la société Splunk, qui se décrit comme « data scientist ». Il a entre autre travaillé sur ces missions chez Yahoo.

Sa conférence portait sur le futur des Big Data.

En effet selon lui, l’enjeux n’est plus aujourd’hui de trouver les bonnes réponses (elle existent dans les données). Elles consistent à se poser les bonnes questions. De plus, il développe l’idée que demain, les outils de gestion de Big data permettront aux dirigeants de poser leurs questions directement en « langage naturel » au système. Tout comme nous posons aujourd’hui des questions à SIRI.

En terme de Big Data, la balle n’est donc plus dans le camps des techniciens et scientifiques capable d’extraire, de consolider et de restituer ces données. Désormais elle est bien dans celles des dirigeants, qui doivent  réfléchir aux questions qui vont leur permettre de tirer le meilleur des données.
Sa conclusion est simple, et n’a pas besoin de traduction : « Companies who know how to use data are gonna win, others will lose »